Tennis Club de Prades le Lez

 

Autopsie d'une raquette de tennis

Pour choisir sa raquette de tennis il faut connaitre ce qui compose les différents produits qui sont proposés sur le marché. Les constructeurs vous indiquent les caractéristiques de leurs raquettes. Poids, dimensions, matériaux, voici quelques infos pour se repérer.


Le poids
Il se situe pour une raquette moderne non cordée entre 215 et 350 grammes. Certains (rares) joueurs utilisent encore des raquettes dont le poids dépasse les 400 grammes. Le poids moyen d'un cordage est d'une quinzaine de grammes.

Les dimensions.
Les règlements internationaux limitent aujourd'hui la longueur totale de la raquette à 73,66 centimètres et la largeur du tamis à 31,75 centimètres. La longueur classique est de 68,5 centimètres, et l'on considère les cadres plus longs (généralement de 1 à 2 centimètres) comme "rallongés" ou "stretch". La surface du tamis, rarement inférieure aujourd'hui, à 600cm², peut dépasser les 740 cm². On considère comme "moyens tamis" ceux, nombreux sur le marché qui présentent une surface comprise entre 630 et 660 cm². Le marché propose des tailles de manche étalonnées, du mince au gros, de 0 à 5.

L'équilibre.
Si le point d'équilibre est situé à égale distance des 2 extrémités de la raquette, celle-ci présente un équilibre neutre. Si ce point s'éloigne du manche, la raquette présente un équilibre "en tête" (raquette à "tête lourde"), s'il se rapproche du manche, la raquette présente un équilibre "en manche".
Généralement, l'endroit du point d'équilibre est annoncé en centimètres mesurés à partir du bout du manche : un chiffre supérieur à la moitié de la taille de la raquette vous annoncera donc un équilibre "en tête": si nous prenons l'exemple d'une raquette de 68 cm, un équilibre annoncé à 35 cm et plus, nous indiquera une "tête lourde", un équilibre annoncé à 33 cm et moins nous indiquera une "tête légère".


La flexibilité du cadre
Elle est mesurée en exerçant une pression perpendiculaire au tamis, le manche étant fixé à sa base.
Les techniciens calculent à partir de cette manipulation un coefficient de flexibilité souvent communiqué par les fabricants : plus le coefficient est élevé plus la raquette est rigide. En dessous de 60, raquettes souples, au-dessus de 70, raquettes très rigides.

Les matériaux
Le bois (essentiellement hêtre et frêne, en lattes), flexible mais sensible aux intempéries est pratiquement abandonné.
Le métal (surtout l'aluminium), solide, économique mais vibreur est utilisé pour les raquettes d'entrée de gamme et pour nombre de raquettes enfantines. La fibre de verre est utilisée pour ses qualités de souplesse et son coût raisonnable. Le graphite est apprécié parce qu'il combine légèreté et rigidité, surtout dans ses versions "graphite tressée" et graphite "haut module"(injecté de gaz). L'hyper carbone et le titanium présentent des qualités de rigidité encore supérieures à celles du graphite.


L'architecture.
La forme du tamis (ovale, évasé en tête), le type de liaison entre le manche et le tamis (double ou triple branche), la répartition des masses, influencent le rende ment du cordage, l'équilibre de la raquette, et le comportement de celle-ci lors de sa rencontre avec la balle. L'épaisseur et le profil du cadre influencent la rigidité du cadre, ses qualités de pénétration dans l'air.

Le cordage.
Le boyau naturel, constitué de boyaux de bovins et d'ovins, présente des qualités telles (élasticité, "toucher") qu'il conserve des adeptes malgré sa fragilité et sa sensibilité aux intempéries.
Le cordage synthétique se décline en types de fabrication et diamètres très variés qui lui confèrent des qualités de solidité, élasticité, contrôle du toucher de balle, extrêmement différentes.

Par Laurent Plégelatte