Tennis Club de Prades le Lez

 

Un seul bras pour plus de performance

Si on vous dit polo à une manche, vous répondrez immédiatement Martina Hingis. Conclusion, Adidas a réussi son coup de pub avec ce gadget, diront certains. Attention, rétorque la marque aux trois bandes, The Apprecision (c'est son nom) est un produit réellement utile et efficace.



C'est le 13 novembre 2000 à New-York, qu'Adidas lance son polo révolutionnaire : l'Apprecision. La particularité de ce polo c'est qu'il n'a qu'une seule manche.

Un look avant-gardiste

Précision importante, le bras du polo correspond au bras fort (celui qui tient la raquette) de la joueuse. Selon Adidas, le but de ce polo est de contrôler l'énergie. Le moyen utilisé pour cela est le principe de la compression graduelle. L'unique manche du polo serre le bras de la joueuse, cependant la concentration de la pression est importante au poignet et diminue en remontant le long du bras. Selon le fabriquant, la compression accroît la proprioception (capacité de sentir les variations musculaires pendant l’effort), réduit la vibration des muscles et améliore la micro-circulation du sang.

L'Apprecision pour plus de maîtrise

Avec le bénéfice de la proprioception, le mouvement est censé devenir plus précis. Le discours de l'équipementier garantit des améliorations en terme de performance :
"Apprecision améliore la sensibilité du corps pour adapter les mouvements et aiguise la réaction musculaire pour des performances au top. Le vêtement de sport spécifique qui compresse les récepteurs de la peau, accroît la circulation des informations entre le cerveau et le corps. Durant une longue période de pic de performance, les mouvements des athlètes deviennent plus précis et plus efficaces". Notons qu'une autre technologie est utilisée dans ce polo, c'est le nouveau lycra de l’Adidas Climalite Fabric Technology.

La technologie liée à la compression du muscle avait tout d'abord été pensée dans le cadre de la mise au point de maillots et de combinaisons pour les nageurs. Le résultat fut le Full Body Swim Suit utilisé par l'anglaise Sue Rolph en 1998 puis par l'Australien Ian Thorpe. C'est ensuite l'athlétisme qui bénéficia de cette technologie, notamment pour les disciplines de lancer : seul le bras lanceur a une grande manche, avec une compression graduée, afin d’aider l’athlète à avoir une meilleure sensation quant à l’exactitude de emplacement de son bras, à n’importe quel moment du lancer.
Ne vous étonnez donc pas si votre prochaîne tenue de sport n'a qu'une manche.


Par Raoul Ramdine